Titre

Mobilité et genre : effets de la migration en Albanie sur les rapports de genre

Auteur Ermira Danaj
Directeur /trice Prof. Dr. Janine Dahinden
Co-directeur(s) /trice(s)
Résumé de la thèse La mobilité constitue une caractéristique fondamentale des sociétés contemporaines globalisées. La manière d’appréhender la mobilité s’est toutefois considérablement renouvelée ces dernières années, optant pour des perspectives moins unilatérales que dans les premières études sur les migrations, largement focalisées sur les migrants de sexe masculin et avant tout sédentarisés. Ce projet de recherche se situe dans la continuité de ces nouvelles perspectives sur la mobilité, prenant en considération d’une part des formes nouvellement étudiées de migrations, mettant d’autre part l’accent sur l’aspect genré de la mobilité. Précisément, ce projet s’intéresse à la mobilité interne et à son imbrication dans la migration internationale, dans une perspective de genre, en Albanie. Depuis le début des années 1990, l'Albanie a vécu des changements sociaux, économiques et politiques importants. Le pays s'est ouvert aux influences externes; un nouveau système politique multipartite a été mis en place; la nouvelle économie de marché commence à introduire de nouvelles règles pour « normaliser » l'offre et la demande de travail, du logement, des marchandises et des services, etc. En tant que pays où presque tout a été réglé par le contrôle total de l'Etat communiste, l’Albanie a traversé des périodes de malaise aigu, de taux de chômage élevés, de difficultés dans le système d'éducation, etc. Ces difficultés, accompagnées d’un fort sentiment d'incertitude, se sont reflétées dans des flux massifs d'émigration au début des années 1990, mais aussi dans une forte mobilité interne des zones rurales vers les zones urbaines, et dans le surpeuplement de certaines des villes du centre. L’émigration et la migration interne ont été parmi les phénomènes les plus importants qui ont marqué la vie de la population albanaise depuis les changements sociopolitiques de 1990. La société albanaise de ces derniers 18 ans s’est développée sous l’influence marquante de ces deux processus de mobilité. Il est donc indispensable d’analyser la liaison entre ces deux processus de mobilité et de ne pas les étudier séparément. Cette étude ne se limite pas à analyser le lien entre la migration interne et externe, mais elle cherche à considérer cette liaison dans une perspective de genre, en essayant de voir comment les femmes se positionnent suite à ces processus de mobilité, et si la mobilité de la population contribue à une émancipation des femmes ou à un statu quo, voire à une subordination. Il existe des études sur la migration en Albanie, mais celles-ci se focalisent sur la migration internationale. Par contre, très peu d’études portent sur le lien entre la migration interne et internationale, et moins encore intègrent une perspective de genre. Cette étude cherche donc à apporter une contribution scientifique en analysant ces phénomènes très importants que sont les processus de mobilité interne et externe de la population albanaise dans une perspective de genre, et en même temps à combler certaines lacunes des études déjà existantes sur la migration en Albanie.
Statut
Délai administratif de soutenance de thèse
URL
LinkedIn
Facebook
Twitter
Google+
Xing